19 mai 1940 forêt de Mormal

IV OPERATIONS DE LA 5e D.I.N.A. DANS LA FORET DE MORMAL

Journée du 19 mai

Situation dans la nuit du 18 au 19

Le 19 mai, vers O heures, le Cdt. de la 5ème D.I.N.A. est convoqué au P.C. Ve CA à Blaregnies. Il y reçoit les indications suivantes, confirmées quelques heures après par écrit.

Le 5e CA doit se replier à la fin de la journée du 19 mai, sur la position  jalonnée par la lisière nord-est de la forêt de Mormal Bavay la position fortifiée de la frontière nord.

P.C. du 5e C.A. le 19 au soir          : Artres
P.C. de la 5ème D.I.N.A.                  : Englefontaine

La situation est imprécise à Maubeuge défendue par des éléments de S.F.M. ; l’ennemis emble en mesure d’y agir en force.

Des infiltrations ennemies sont signalées dans la forêt de Mormal.

Mission de la 5ème D.I.N.A.

Nettoyer la forêt de Mormal pour assurer la couverture face au S.E. de la future Zone de stationnement du Ve CA.

Cette mission terminée, regrouper la Division en réserve de C.A. dans la région d’Englefontaine

Moyens

La 5ème D.I.N.A. dispose pour l’exécution de cette mission :

1° - de ses moyens organiques, à l’exception :
            a) des éléments détachés (GRDI 95 et détachement Marioge)
            b) des troupes du S/Secteur du 14e zouaves qui assureront pendant toute la journée du 19 sur la position de la Trouille, la défense de la totalité du secteur de la 5ème D.I.N.A.

2° - d’éléments de renforcement, savoir :
            Infanterie :
            3e R.T.M. (à 2 Btn) de la 43e D.I. Ce régiment est actuellement en cours de mouvement dans la région au sud du bois de la Lanière. Son emplacement initial pour l’opération sur la forêt de Mormal est à fixer par entente directe entre le Cdt de la 5ème D.I.N.A. et le Cdt du 43e D.I. dont le P.C. est à Feignies.

Chars :
            - 1 escadron de Somua du 29e dragons motorisé (réduit à une vingtaine de chars
- 1 Btn de chars R35, d’effectifs réduits

Le Cdt. des unités de chars viendront à Aulnoye prendre les ordres du Cdt. de la 5ème D.I.N.A.

Réunion des Moyens

Infanterie

Le 6e R.T.M. (à 2 Btn) est immédiatement disponible.

La mise en place du 24e R.T.T. est subordonnée à sa relève … par le 14e zouaves qui est lui-même en secteur.

Dès son retour à son P.C. à Aulnoye (ndlr : il est dit plus haut que le P.C. est à Englefontaine ?), le Cdt. de la 5ème D.I.N.A. donne par téléphone au 14e zouaves des indications préparatoires (ultérieurement confirmées par écrit) pour l’exécution de cette relève. Mais le 24e R.T.T. n’est informé de sa nouvelle mission que par la réception de l’ordre écrit, les transmissions étant momentanément interrompues avec le régiment. Il en résulte que le 24e R.T.T. ne peut commencer son mouvement, après avoir achevé la relève et fait changer les hommes, qu’à 10 heures.

La région de Rouveroy, Villers Sire Nicole, où est stationné ce régiment est à 20 km des lisières Nord-Est de cette forêt, objectif final de la 5ème D.I.N.A. La largeur moyenne de la zone à nettoyer est de 8 kms.

Il est donc certain que la mission de la 5ème D.I.N.A. ne pourra pas être achevée le 19. Deux jours seront nécessaires pour cette opération même si les résistances rencontrées sont faibles.

Au début de la matinée liaison est faite avec le 43e D.I. Le 3e R.T.M. est dirigé au Gros Chêne P.C. initial du Cdt de l’I.D./5NA, chargé par le Cdt de la Division de mettre en place des éléments qui doivent participer au nettoyage de la forêt.

Chars

Le Cdt. des Btn de Chars du 39 B.C.C./R 35 venu au début du jour au P.C. de la division à Aulnoye fait connaître :

1° - que son Btn est stationné à l’est des bois de la Lanière dans la région Goegnies-Chaussée

2° - que ses chars sont à bout d’essence et qu’il n’y a pas de moyens de les ravitailler avant de longs délais.

Le Cdt de la division prescrit au chef de Btn de ravitailler au moins quelques chars nécessaires pour appuyer dans les laies forestières la progression de l’Infanterie. Ces chars devront être dirigés sur le P.C. de l’I.D./5NA. à Gros Chêne, qui assurera leur mise en place.

Le Colonel Baruteau, Cdt le 29e Dragon fait connaître qu’il ne dispose que d’une vingtaine de chars Somua dont l’approvisionnement en essence est également faible mais à la rigueur suffisant pour l’opération prévue sur la forêt de Mormal. Ces chars sont stationnés à l’ouest du bois de la Lanière.

Artillerie

Les deux groupes du 22e R.A.C. (I et II/RAC) qui doivent participer aux opérations de la forêt de Mormal commencent à manœuvrer à 6 heures partant de la région de Havay. Cdt. de la 5ème D.I.N.A.

Renseignements sur la situation

Les délais nécessaires à la mise en place des troupes seront utilisés à préciser la situation de nos forces et de celles de l’ennemi.

Les liaisons prises avec le Cdt. de la D.L.M. (général Bougrain P.C. La Longueville) avec le Général Cdt. le 43e D.I. (général Vernillat P.C. Feignies) et avec le général Cdt. le S.F. de Maubeuge (Général Béjard, P.C. La Longueville) permettent de préciser le situation comme il suit :

a)    Maubeuge est occupé par l’ennemi qui s’efforce d’en déboucher au Nord et à l’Ouest ;

b)    A l’Est de Maubeuge le détachement Marioge assure la défense de la région Boussois, Assevent et interdit à l’ennemi le débouché de Maubeuge sur les axes : Maubeuge – Assevent – Vieux Reng.

c)    Au Nord de Maubeuge, la 43e D.I. interdit les débouchés de Bettignies et de Feignies.

d)    Au Nord-Ouest et à l’Ouest de Maubeuge, les éléments du S.F. de Maubeuge renforcés de quelques éléments de la 2e D.I.M. et de la 4e D.I. sont vivement pressés par l’ennemi sur les axes Maubeuge, La Longueville  et Haumont-La Longueville.

e)    Pas de renseignements sur la présence éventuelle de l’ennemi dans la forêt de Mormal ou sur les axes Berlaimont Bavay et Landrecies Englefontaine, Le Quesnoy.

Instructions du Cdt. de la 5ème D.I.N.A..

1° - se renseigner au plus tôt sur la situation dans la région de Berlaimont  et dans celle de Landrecies. 

2° - dans une opération préliminaire dégager la zone La Longueville Hargnies pour permettre la mise en place de la division face aux lisières N.E. de la forêt de Mormal.

3 ° - nettoyer pendant la journée du 19 la partie nord de la forêt de Mormal en faisant effort par la lisière nord-ouest.

Axe d’attaque – Obies carrefour de la Grande Carrière, Carrefour de Chene La Guerre

Objectifs successifs :
- route forestière Les Caches, Aulnoye
- voie ferrée Le Quesnoy, Berlaimont

Objectifs éventuels : ne pourront sans doute pas être atteints avant le 20.
- route le Quesnoy, clairière de Locquignol Maroilles
- route Englefontaine Landrecies

Dispositif initial prescrit par le Cdt. de la 5ème D.I.N.A. pour le nettoyage de la forêt de Mormal :
- 3 régiments accolés de la droite à la gauche
            - 24e R.T.T. (2 Btn. en 1° échelon, 1 Btn. en 2e Echelon)
            - 6e R.T.M. (2 Btns en 1° échelon)
            - 3e R.T.M. (1 Btn. En 1° échelon 1 Btn. en 2e échelon)

Limites des zones d’action :
- entre 24e R.T.T et 6e R.T.M. : Obies, carrefour de la Grande Carrière Carrefour du Chêne La Guerre (cette limite au 24e R.T.T)
- entre 6e R.T.M. et 3e R.T.M. : La Grande Rue (nord de Quene au Leu) Les Grandes Patures (sud de Locquignol)  (cette limite au 6e R.T.M.)

Chars
Chars Somua employés aux missions de reconnaissance définies ci-dessous :
Chars R 35 accompagnement de l’Infanterie le long des lisières forestières appuient par priorité la progression du 24e R.T.T.

Artillerie
… Groupe appui direct du 24e R.T.T.
… Groupe appui direct du 3e R.I.M.

Reconnaissances en direction des ponts de Berlaimont et de Landrecies

Le Cdt de la 5ème D.I.N.A. ne possédait aucun élément d’infanterie motorisée pouvant accompagner les chars Somua pour participer à l’exécution urgente des reconnaissances des lisières de la forêt de Mormal et des ponts de Berlaimont et de Landrecies.

Mais, vers 10 heures, se présente à son P.C. à Aulnoye le Cdt. de l’Escadron moto du GR 95 qui avait participé jusqu’au 19 aux opérations du détachement Marioge et avait reçu, le 19 au matin, du Lt. Colonel Marioge l’ordre de rallier la 5ème D.I.N.A. Cet escadron était réduit à la valeur de 2 petits pelotons.

2 Reconnaissances comprenant, chacune, 1 peloton moto et la ½ des chars Somua disponibles sont dirigées :
- l’une par les lisières Est et S.E. de la forêt de Mormal vers le pont de Berlaimont.
- l’autre par les lisières S.O. et Ouest de la forêt de Mormal vers le pont de Landrecies avec mission :

1°) de reconnaître ces lisières
2°) de nettoyer les résistances légères qui s’y trouveraient et au cas de résistance importante de retarder leur progression jusqu’à l’arrivée de l’infanterie de la 5ème D.I.N.A.
3°) de pousser, si les résistances sont faibles, jusqu’aux ponts de Berlaimont et de Landrecies et d’en assurer provisoirement la garde.
4°) compte-rendu à adresser en arrivant sur les Rocades : lisière N.E. de la forêt de Mormal route Le Quesnoy, Berlaimont, Rte Englefontaine Landrecies.

Opérations préliminaires pour dégager la base de départ

En attendant l’arrivée du 24e R.T.T. il est urgent de dégager au sud de La Longueville, menacée par la progression ennemie.

Le 6e R.T.M. (à 2 Btns) appuyé par les 2 groupes d’artillerie du 22e R.AC. est chargé de cette opération préliminaire qui a lieu à partir de 13 h 30.

-       1 Btn engagé en direction La Longueville Neuf Mesnil, parvient à refouler l’ennemi et à lui interdire les débouchés de Neuf Mesnil

-       1 Btn engagé en direction La Longueville Vieux Mesnil parvient sans perte jusqu’à cette dernière localité qu’il occupe sans être vivement pressé par l’ennemi

 

I / Situation vers 16 heures 30

Direction de la forêt de Mormal

Le Colonel Oger Cdt l’I.D./5NA (P.C. Gros Chene) rend compte vers 16 heures 30 de la situation suivante.

a)    Reconnaissances
La reconnaissance dirigée sur Berlaimont n’a pas rencontré de résistance aux lisières N.E. de la forêt, mais parvenue au nord de Pont sur Sambre elle a du se replier devant des forces supérieures sur Vieux Mesnil, où elle a été recueillie par le Bataillon du 6e R.T.M. qui a occupé cette localité.

Dégagement de la base de départ
La situation est complètement rétablie dans la région au Sud de La

a)    Longueville. Mais le Btn. du 6e R.T.M. engagé sur Neuf Mesnil a subi de très fortes pertes au contact de l’ennemi, il ne pourra être dégagé avant la nuit. 

Le Btn. du 6e R.T.M. qui occupe Vieux Mesnil peut, au contraire, être relevé en laissant la garde du village aux éléments du S.F.M. l’ennemi étant peu pressant dans cette direction. 

b)    Mise en place des troupes

La progression du 24e R.T.T. en direction de le Gros Chêne Obies est très lente : terrain extrêmement coupé qui retarde la marche et rend les transmissions et les liaisons précaires.

Le 3e R.T.M. couvert sur son flanc gauche par les actions du 6e R.T.M. sur Neuf Mesnil et Vieux Mesnil a été dirigé sur Cera-au-Leu ( ? probablement Quene-au-Leu). 

Le nombre de chars disponibles ne dépasse pas une trentaine, partie en Somua du 29e Dragons, déjà employés aux reconnaissances faites, parie en R5 destinés à appuyer l’infanterie dans le nettoyage des laies forestières. 

En raison de cette situation de l’infanterie et des chars, le Cdt l’I.D./5NA estime nécessaire de resserrer le dispositif sur la droite et d’articuler les feux en 2 groupements accolés.

 

A droite :

            24e R.T.T. dans le dispositif initialement prévu
            - 2 Btns en 1er échelon (appuyés par les chars R.35)
            - 1 Btn. en 2eme échelon

A gauche :
                        aux ordres du Lt. Colonel Cdt. le 3e R.T.M.
              -6e R.T.M. réduit à la valeur de 1Btn en 1er échelon
              -3e R.T.M. - à 2 bataillons- en 2e échelon.

 

II/ situation au Nord-Est de Maubeuge 

La situation semble s’aggraver dans la région Assevent Boussois tenue par le détachement Marioge. Bien que ce détachement ne soit pas placé sous les ordres de la 5ème D.I.N.A., le Cdt. de la 5ème D.I.N.A. ne peut se désintéresser d’éléments qui dépendent organiquement de la Division. 

Or, le repli à la nuit de l’ensemble des forces françaises sur la position prévue par l’ordre du Ve CA (lisières N.E. de la forêt de Mormal – Bavay, position fortifiée de 

 

la frontière du Nord, risque de mettre le détachement en situation difficile si ses mouvements ne sont pas coordonnés avec ceux des troupes voisines. 

Le Cdt. de la 5ème D.I.N.A. demande, dans ce but au Cdt. de la 3e D.I.N.A. stationnée à Feignies de ne pas exécuter son repli à la nuit, sans en informer le détachement Marioge et pris les mesures nécessaires pour lui permettre de se replier (1).

 

 

(1)  Cette demande écrite a été remise personnellement par le Cdt. de la 5ème D.I.N.A. au Chef d’EM de la 49e  ( ?)  DI venu à son PC à Aulnoye, en insistant sur son importance. Le Chef d’EM de la 43e ( ?) DI donne une réponse l’assurant que le détachement Marioge ne saurait être oublié en raison des services que sa résidence dans la région d’Assevent a apporté à la défense. – Par suite des circonstances que j’ignore, ni ordre ni renseignement relatif au repli des Forces Françaises n’est parvenu au Lt-Colonel Marioge. Après avoir résisté  jusqu‘au 21 ce détachement complètement encerclé a dû mettre bas les armes après avoir épuisé tous ses moyens de défense (voir rapport particulier du Lt-Colonel Marioge).

(suit une ligne illisible se terminant par Villers Sire Nicole)

 

 

Situation en direction du N.E. (Position de la Trouille)

Dans le secteur tenu par le 14e zouaves et le 1er B.M. l’ennemi n’est pas encore au contact. Le Cdt. de la 5ème D.I.N.A. estime que l’appui du I/22e R.A.C. ne lui est pas indispensable. Il prescrit à un groupe de rejoindre son Régiment dans la région du Gros Chêne.

Il prescrit en outre au Lt-Colonel Galtier Cdt le 14e zouaves de laisser un détachement dans la région d’Havay jusqu’à minuit pour y recevoir éventuellement le détachement Marioge si celui-ci est contraint par l’ennemi d’effectuer un repli dans cette direction (1).


1) Ce détachement de recueil est effectivement resté en place jusqu’ au ? mai , 1 heure. Les ordres pour le repli des troupes en ligne sur la position de la Trouille  ont été donnés par le Général Cdt la 12e D.I. sur l’ordre de qui le 14e zouaves devait être placé pour l’exécution de ce mouvement.

Direction de Le Quesnoy

A partir de 16 heures, parviennent au P.C. de la 5ème D.I.N.A. à Aulnoye des renseignements assez confus sur la Zone de stationnement de Le Quesnoy :
                       - route obstruée par des destructions effectuées par des unités
                         françaises du génie,
                       - violents bombardements aériens des colonnes du 5e C.A. dirigées sur
                         cette zone,
                       - attaque de ces colonnes par des engins blindés ennemis.

Ces renseignements sont apportés par des hommes de troupe provenant des éléments des différents services, dirigés, dés la journée du 19 sur cette zone de stationnement. Bien qu’il soit impossible au Cdt. de la 5ème D.I.N.A. de vérifier l’exactitude ces renseignements semblent urgent le nettoyage de la forêt de Mormal d’où peuvent venir les infiltrations ennemies signalées dans la région de Le Quesnoy.

Le Cdt. de la 5ème D.I.N.A. décide de quitter le P.C. d’Aulnoye et de se rendre au P.C. de l’I.D./5NA pour accélérer dans toute la mesure du possible cette opération de nettoyage.

Il prescrit au Cdt. l’I.D./5NA de rejoindre la zone de cantonnement de Le Quesnoy sur laquelle avait été antérieurement dirigé le 222e R.A. et les services de la Division pour se renseigner sur la situation, sur les modifications éventuelles de stationnement qu’aurait pu prescrire le 5e C.A. et sur les mesures de sécurité qui pourraient s’imposer.

Occupation par la 5ème D.I.N.A des lisières Nord de la forêt de Mormal

Ayant rejoint vers 18 heures le P.C. du Colonel Oger vers la côte 160 (1200 mètres N. de Quene au Leu), le Cdt. de la 5ème D.I.N.A. obtient confirmation des renseignements précédents.

La lisière Nord de la forêt de Mormal semble être inoccupée par l’ennemi. Seule, quelques éléments ennemis sont signalés vers la corne N.O. Les retards dans l’occupation de cette lisère ne proviennent que des difficultés du terrain.

Après être resté une heure environ à ce P.C. où les renseignements ne parviennent que lentement, le Cdt. de la 5ème D.I.N.A. décide de laisser provisoirement au Cdt. de l’I.D./5NA le commandement des éléments chargés de nettoyer, avant la nuit, la partie Nord de la forêt de Mormal (opération qui en dehors des retards de terrain paraît ne présenter que peu de difficultés) et de se renseigner personnellement auprès du Cdt du Ve C.A. sur la situation dans la zone de le Quesnoy et sur les modifications que cette situation peut entraîner sur le cantonnement et la mission de la 5ème D.I.N.A.

Avant son départ, il prescrit au Cdt de l’I.D./5NA de pousser le plus rapidement possible dans la forêt dès qu’il se sera assuré de la possession des lisières afin d’atteindre avant la nuit la voie ferrée Berlaimont Le Quesnoy en vus d’assurer une sécurité suffisante aux éléments des autres divisions qui doivent au cours de la nuit occuper la ligne lisière Nord de la forêt de Mormal, Bavay et d’interdire à l’ennemi l’utilisation de la route Berlaimont – Le Quesnoy.

Après le départ du Cdt de la Division, la progression continue, mais le gros des Btns de 1er échelon retardé par le terrain et les résistances rencontrées à la corne N.O. de la forêt de Mormal, parviennent trop tard à la lisère Nord de cette forêt (entre 20 h 30 et 21 h 30).) Le Cdt. de l’I.D./5NA estime qu’il n’est plus possible d’atteindre la voie ferrée avant la nuit noire.

Il décide de passer la nuit aux lisières nord de la forêt dans le dispositif prévu pour la progression du lendemain.

Eléments de tête ne dépassant pas la route forestière Les Caches Aulnoye

Gros et Artillerie aux lisières N.E. de la forêt (l’Infanterie assurant la sécurité de l’artillerie au cours de la nuit)
P.C. de l’I.D./5NA en bordure de la forêt au S.O. d’Obies

La progression doit reprendre le lendemain à 3 heures

B / nuit du 19 au 20 mai.

Vers 20 h. le Cdt. de la 5ème D.I.N.A. accompagné de son Chef d’E.M. le Lt-Colonel de Gournay et du capitaine Neaud de l’E.M. se dirige, en voiture, par Bavay et Orsinval sur le P.C. du Ve C.A. qui avait été installé à Artres.

Il est suivi de deux autres voitures transportant des officiers d’E.M. ou des services de la 5ème D.I.N.A qui doivent rejoindre la zone de stationnement des services de la 5ème D.I.N.A. dans la région sud de Le Quesnoy.

Gros retard à la traversée de Bavay obstrué par des destructions. Dans toute la région entre Bavay et Orsinval, nombreuses traces de bombardements aériens. Ni habitant ni soldat visibles dans les villages traversés. Longues files de voitures civiles ou militaires abandonnées sur la route avec ou sans leur attelage. Pas un seul tué ou blessé.

Il y a eu manifestement panique, mais en dehors des effets des bombardements aériens, aucune trace de combat.

Parvenu à la tombée de la nuit à la bifurcation entre Orsinval et Villers Pol, la voiture croise un civil qui observe la route.

Le Cdt de la Division et les Officiers de sa voiture descendent pour l’interroger. Aussitôt se dévoile un poste ennemi dont le civil était sans doute l’indicateur.

Grâce au sang-froid du Lt-Colonel de Gournay qui prévient à voix basse le conducteur et celui de ce dernier qui démarre brusquement en marche arrière, toutes portières ouvertes les Officiers peuvent sauter dans la voiture en marche et échapper par la route transversale avant que le tir du poste ennemi soit réglé.

Mais les deux autres voitures qui suivent celles du Cdt de Division sont aussitôt mises hors d’usage par le tir ennemi. Leurs occupants peuvent s’échapper à travers champs, mais au cours de la nuit ils sont capturés par d’autres postes ennemis en essayant de rejoindre la Division (1).

Pensant qu’il s’agissait là d’une embuscade d’un poste ennemi isolé, le Cdt. de la 5ème D.I.N.A. décide de faire un détour pour rejoindre le P.C. du Ve C.A. à Artres par Jenlain et Préseau. En arrivant à 100 m de l’entrée de Jenlain, un nouveau poste ennemi est aperçu aux lisières du village. La voiture fait marche arrière puis demi-tour et presque aussitôt après, à vive allure, croise une auto-mitrailleuse ennemie sans lui laisser le temps de l’identifier.

Poursuivie par des motocyclistes et une auto-mitrailleuse la voiture doit pour leur échapper se jeter à travers champs derrière l’église d’Arsoval (Orsinval ?)

Suffisamment renseigné sur la présence d’assez nombreux éléments ennemis dans la région de Le Quesnoy le Cdt. de la 5ème D.I.N.A. décide de rejoindre à pied sa division dans la forêt de Mormal avec le Lt-Colonel de Gournay, le Capitaine Neaud et le conducteur de la voiture abandonnée.

Ayant atteint, puis suivi la voie ferrée Le Quesnoy-Berlaimont, ils constatent à l’entrée dans la forêt de Mormal que cette voie ferrée n’est pas encore occupée par la 5ème D.I.N.A. comme ils l’espéraient, mais par des postes ennemis dont on aperçoit, à quelques mètres, les voies de l’un d’entre eux.


(1)  Renseignements fournis par le Capitaine Porcher de l’E.M. de la 5ème D.I.N.A. fait prisonnier dans ces circonstances.

 

Au point du jour, ils parviennent à traverser la ligne des postes ennemis grâce au sang-froid du Lt-Colonel de Gournay et du Capitaine Neaud qui abattit presqu’à bout portant la sentinelle qui leur barrait la route vers la cote 145 (1 Km N.E. de Maison Rouge). Ils rejoignent la 5ème D.I.N.A. en entrant dans la forêt de Mormal par le village de Les Caches. Ils apprennent que les premiers éléments de cette Division viennent de dépasser la voie ferrée et se dirigent vers la carrière de Locquignol.

Au même moment, le Lt-Colonel Zalay Cdt le 22e R.A. non prévenu de la présence d’éléments ennemis dans la région de Le Quesnoy se rendait par la route forestière au carrefour de la Grande Carrière. Jolimetz à Bousies pour y reconnaître les cantonnements assignés à son Régiment. Il était accompagné de son personnel de reconnaissance.

En arrivant au carrefour de Jolimetz, il est accueilli par le feu violent des postes allemands qui occupaient le carrefour (3 canons de 77, 2 canons anti-chars et de nombreuses mitraillettes et mitrailleuses. La reconnaissance du Lt-Colonel Zalay perd 5 tués dont le Lieutenant Pavjca (ou Pavica ?), 7 blessés dont le Lieutenant Antonietti et le S. Lieutenant Laugevin. Le reste du personnel de la reconniassnce y compris le Lt-Colonel Zalay est fait prisonnier par l’ennemi.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site